Tiffany WILLM

Tiffany WILLM

Passionnée par l'immobilier et chargée de communication depuis des années

Selon les dernières données du ministère de la Transition écologique, la France compte à l'heure actuelle 5,2 millions de "passoires thermiques". Afin de faire disparaître ces foyers énergivores et inconfortables pour leurs occupants, le gouvernement a décidé d'interdire progressivement leur location. Tous les biens de classes G ne pourront ainsi plus être loués à partir de 2025, ceux de classe F à partir de 2028 et, enfin, ceux de classe E à partir de 2034. Malgré cela, les professionnels de l'immobilier constatent que les propriétaires bailleurs demeurent peu nombreux à vendre ces types de logements...

 

Des logements décotés ?

Véritable outil d'utilité publique, le Baromètre Guy Hoquet est considéré par des milliers d'agents immobiliers français comme une référence incontournable pour prendre le pouls du marché. Son édition la plus récente révèle que les logements passoires comportant un diagnostic de performance énergétique de classe F ou G ne représentaient l'année dernière que 8 % des ventes réalisées dans l'Hexagone. Le document précise par ailleurs que cette situation s'avère stable par rapport à celle de l'année précédente (2021).

"Nous pensions que les propriétaires qui louaient leurs biens seraient contraints de les mettre en vente car ils ne seraient pas financièrement capables de les rénover. Au bout du compte, les raisons qui les dissuadent de les vendre ont pris le dessus...", constate Henry Buzy-Cazaux, le président de l’Institut du management des services immobiliers.

L'un des motifs les plus importants évoqué régulièrement par les personnes concernées est la décote des logements à vendre.

Selon les estimations de Guy Hoquet, les prix des biens classés F et G vendus en 2022 s'avèrent en effet 10 % plus bas que ceux des autres logements mis en vente en France.

 

Une tendance qui ne concerne pas certaines villes

Les experts du célèbre réseau d'agences immobilières soulignent néanmoins que ce n'est pas le cas dans toutes les communes.

Les logements vendus par exemple à Angers, Rennes, Bordeaux, Bastia, et Orléans n'ont ainsi pas été décotés. Certains d'entre eux ont même été vendus à des prix supérieurs à la moyenne !

Paris ne suit également pas cette tendance. À seulement - 3 %, la décote de ses biens s'avère nettement plus faible que celle des autres villes de France. En 2022, elle a d'ailleurs enregistré 21,6 % de biens vendus appartenant aux classes F et G (en 2021, ce chiffre s'élevait à 13,3 %).

Bien entendu, ces chiffres ne surprendront pas les professionnels de l'immobilier. Comme ces derniers le savent, la capitale française dispose d'un parc de biens qui est loin d'être récent. Comparé aux autres villes, il est également plus complexe d'y effectuer des travaux de rénovation puisque la plupart des logements parisiens sont gérés en copropriété.

Autre fait notable : les communes occitanes et méditerranéennes comptent pour l'instant moins de ventes de passoires thermiques que les autres villes de France. En 2022, ces communes du Sud ont ainsi enregistré seulement un peu plus de 7,5 % de ventes pour ce type de bien.

Voilà un outil que tous les agents immobiliers utilisent : le logiciel de pige immobilière. Mais il y en a tellement sur le marché qu’on peut vite faire une mauvaise expérience en passant par un logiciel de pige pas suffisamment performant. Voici ce qui devrait caractériser un bon logiciel de pige.

Une pige mobile et intuitive

Votre pige doit pouvoir être effectuée quel que soit le lieu où vous vous trouvez, 24h / 24. Le métier d’agent immobilier est un métier de terrain et pourtant de nombreux logiciels ne proposent pas de version mobile ce qui est bien dommage ! Un agent immobilier doit pouvoir piger autant qu’il consulte les réseaux sociaux !

L’intuitivité du logiciel a également une importance capitale ! 

“Notre logiciel a été mis à jour de nombreuses fois pour offrir une expérience utilisateur optimale. Pour faire gagner du temps aux agents immobiliers, un logiciel pige doit être extrêmement simple d’utilisation.” explique Olivier Drouot, fondateur du logiciel Pige Online.

 

Des filtres multiples

La plupart des logiciels de pige intègrent des filtres de recherche pour cibler les propriétés répondant aux critères spécifiques de l’utilisateur. Mais ces filtres sont plus ou moins avancés, plus ou moins innovants. Investir dans un logiciel n’offrant que des filtres “classiques” (type de biens, localisation, pièces..) n’aura que peu d’intérêts.

Les filtres par ancienneté font ainsi partie des plus intéressants pour les agents immobiliers. En effet un bien sur le marché depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois sera toujours plus facile à obtenir en mandat ! 

Les filtres par prix sont également utiles pour votre prospection (prix au m2, prix à ne pas dépasser, baisse de prix récente). Ce type de tri vous permettent 

On retrouve aujourd’hui des logiciels qui poussent l’innovation un peu plus loin comme Pige Online qui propose un label “la bonne affaire” correspondant à des biens commercialisés en dessous du prix du marché. ( Le logiciel analyse ainsi les prix des biens actuellement proposés dans le secteur et les prix des biens déjà vendus dans ce même secteur). 

 

Des alertes à chaque baisse de prix

Un bon logiciel de pige doit vous alerter en avant première dès qu’une annonce est modifiée par une baisse de prix. Vous en êtes informé par email et directement notifié sur votre smartphone. C’est la fonctionnalité à avoir sur votre logiciel Pige. L'historique de l'annonce et les diverses baisses de prix peuvent ensuite être détaillés à nouveau dans l'annonce. 

Il est important de noter que les besoins en matière de pige immobilière varient d'une personne à l'autre, il est donc important de vérifier que le logiciel répond à vos besoins spécifiques avant de l'utiliser.

Vous êtes fatigué de prospecter minimum 3 jours par semaine pour n’avoir presque pas de résultats ? C’est le cas de centaines d’autres agents immobiliers sur votre secteur. Mais heureusement pour vous, il existe une solution. 

A chaque fois qu’une annonce paraît sur un site d’annonces, tous les agents de la région se battent pour être les premiers à contacter le propriétaire et obtenir le précieux mandat sur lequel vous auriez pu faire une belle commission.

Non seulement, il est de plus en plus difficile pour vous de dénicher des pépites à fort potentiel, mais vos chances s’amenuisent encore davantage quand vous réalisez que vous ne pouvez pas être 24H/24 le nez collé sur votre écran avec le doigt près à rafraîchir la page toutes les 2 minutes.

Du coup, la belle commission que vous avez imaginé en tombant sur une annonce est bien souvent à oublier avant même d’exister…

 

Des leads qualifié sans bouger le petit doigt ? 

Imaginez ce que serait votre quotidien dans l’immobilier si votre téléphone vous amenait des leads qualifiés sans que vous n’ayez à bouger le petit doigt ? 

Cela vous paraît impossible ? Pourtant, la pige sms automatisée existe. Marketing Immobilier sms en est le fondateur et cumule aujourd’hui près de 9 ans d’expérience dans le domaine. 

 

Comment fonctionne ce système ? 

Ce système innovant fonctionne en 3 étapes clés.

1) Etape 1 : Le système de pige sms automatisée relève les annonces immobilières des particuliers sur la plupart des sites 

Imaginez un instant le temps économisé ?  

2) Etape 2 : Le prestataire de pige SMS diffuse vos messages pour inciter vos prospects à vous appeler 

Vous n’avez rien à faire puisque tout est automatisé et toutes les annonces correspondantes à vos critères sont ciblées ! 

3) Etape 3 : Vous recevez les appels de vendeurs ou bailleurs et fixez vos rendez-vous

 

 

Les trois bonus offerts par Marketing Immobilier, leader de la pige SMS en France ? 

  • Une exclusivité sur votre secteur et un ciblage à 2 intervalles de temps différents 

Être le seul à communiquer sur un secteur c’est un net avantage ! Marketing Immobilier sms vous offre en prime la possibilité de toucher vos prospects à 2 intervalles de temps différents. 

  • Le call tracking (suivi des appels) : A chaque appel, vous recevez une alerte instantanée avec le détail de l’annonce immobilière. C’est parfait pour anticiper votre discours. 
  • Des rapports mensuels détaillés : Tous les mois, vous recevrez automatiquement un rapport détaillé avec les messages envoyés jour par jour et les appels reçus. Idéal pour quantifier les retours et réaliser un suivi des prospects. 

Et si vous lanciez votre première campagne dès maintenant ? Ce système n’a rien d’une baguette magique mais il augmentera certainement votre notoriété grâce à une campagne réellement ciblée ! 

Vous connaissez d’autres outils innovants utiles aux agents immobiliers ? Ecrivez-nous sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La loi Carrez est un texte de loi français qui oblige les propriétaires de biens immobiliers en copropriété à indiquer la surface habitable de chaque appartement dans les annonces immobilières. Aujourd'hui, cette loi évolue pour s'adapter aux annonces de biens hors copropriété, et les professionnels de l'immobilier doivent s'y préparer.

 

La surface habitable doit désormais être indiqué dans les annonces de maisons individuelles et biens en VEFA

En effet, désormais, les propriétaires de maisons individuelles ou de biens en VEFA (vente en l'état futur d'achèvement) devront également indiquer la surface habitable de leur bien dans les annonces. Cela signifie que les agents immobiliers devront être plus attentifs à cette information lors de la rédaction des annonces de leurs clients, et s'assurer que cette information est correcte et fiable.

Cette évolution de la loi Carrez est destinée à apporter plus de transparence et de clarté dans les annonces immobilières, pour que les acheteurs puissent avoir une idée plus précise de la surface habitable qu'ils achèteront. Elle permet également de limiter les fraudes potentielles, en obligeant les propriétaires à être plus honnêtes sur les surfaces qu'ils vendent.

 

Une nouvelle obligation pour les professionnels de l'immobilier

Les professionnels de l'immobilier devront donc s'adapter à cette nouvelle règle et s'assurer de respecter la loi lors de la publication des annonces immobilières. Il est important de noter que ces professionnels seront considérés comme des "co-contractants" de cette obligation légale, et pourront donc être poursuivis en cas de non-respect de cette règle.

En somme, cette évolution de la loi Carrez apporte plus de transparence et de clarté dans les annonces immobilières.

les professionnels de l'immobilier doivent donc s'adapter à cette nouvelle règle pour éviter tout risque de poursuite.

Il est important de souligner que cette évolution de la loi Carrez ne concerne pas uniquement les annonces immobilières en ligne, mais également les annonces dans les journaux locaux, les magazines immobiliers, et tout autre support de diffusion.

Les professionnels de l'immobilier doivent donc être particulièrement vigilants lors de la rédaction de toute annonce immobilière, quel que soit le support utilisé.

Afin de se mettre en conformité avec cette nouvelle règle, les professionnels de l'immobilier peuvent utiliser différentes méthodes pour mesurer la surface habitable de leur bien. Cela peut inclure la réalisation d'un état des lieux par un expert immobilier, la réalisation d'un diagnostic immobilier, ou encore, utiliser des outils de mesure électroniques pour obtenir une précision maximale. Il est également possible de faire réaliser une attestation de conformité par un professionnel qualifié, qui certifie que la surface habitable du bien correspond aux normes en vigueur.

 

La loi Carrez garantit la transparence et la sécurité des transactions immobilières

En somme, cette évolution de la loi Carrez est une étape importante pour garantir la transparence et la sécurité dans les transactions immobilières. Les professionnels de l'immobilier doivent s'y adapter en mesurant avec précision la surface habitable de leur bien et en s'assurant que les annonces qu'ils diffusent respectent cette nouvelle règle. Cela permettra de rassurer les acheteurs potentiels et de limiter les risques de litiges. Il est important de suivre les évolutions législatives et les pratiques professionnelles pour s'assurer de respecter la loi.

Il est également important de noter que cette évolution de la loi Carrez ne concerne pas uniquement les propriétaires de biens immobiliers mais aussi les acheteurs potentiels. En effet, ils peuvent utiliser cette information pour évaluer la surface habitable du bien et s'assurer qu'elle correspond à leurs besoins et attentes.

La loi Carez permet également aux acheteurs de mieux comprendre les caractéristiques de chaque bien et de faire des comparaisons plus justes entre les différents biens proposés.

En cas de non-respect de cette règle, les propriétaires et les professionnels de l'immobilier s'exposent à des poursuites judiciaires et des sanctions financières. Il est donc important de se tenir informé des évolutions de cette loi et de s'assurer de respecter ses exigences.

Pour conclure, cette évolution de la loi Carrez est un pas important pour garantir la transparence et la sécurité dans les transactions immobilières. Elle est de plus en plus nécessaire pour protéger les acheteurs potentiels et les propriétaires de bien immobilier contre les fraudes potentielles. Il est donc important pour les propriétaires et les professionnels de l'immobilier de s'adapter à cette nouvelle règle pour garantir le respect de la loi et l'intérêt des acheteurs potentiels.

La Répression des fraudes ou plus précisément la DGCCRF, Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes, va désormais pouvoir nommer publiquement des entreprises qui ne respectent pas la loi.

En effet, en application de la loi du 16 août 2022, portant mesures d'urgence pour la protection du pouvoir d'achat, la ministre déléguée au Commerce, Madame Olivia Grégoire, a précisé que ce décret permet d'étendre les possibilités de communication de la DGCCRF, notamment pour ce qui consiste ses «mesures d'injonction». Ces nouveaux pouvoirs octroyés à la DGCCRF lui confèrent une dimension relativement importante.

La DGCCRF peut ainsi dévoiler publiquement l'identité d'entreprises sanctionnées pour toute pratique illicite.

Jusqu'ici la DGCCRF pouvait nommer exclusivement l'identité d'entreprises faisant l'objet de sanctions purement administratives. Cette possibilité vise ainsi à renforcer l'action de prévention et d'information de la DGCCRF, qui peut désormais lutter contre les pratiques restrictives de concurrence ou protection des consommateurs par exemple.

 

En quoi consistent exactement ces mesures d'injonction ?

Ces injonctions visant à modifier une pratique illicite, infraction à la réglementation ou clause commerciale illégale, permettent ainsi de mettre fin à la pratique dans un délai raisonnablement court. Ce qui revêt une importance capitale réside dans le fait que ces sanctions sont complémentaires à toute autre sanction financière ou pénale.

Quant aux modalités de publicité des mesures d’injonction, celles-ci sont également renforcées. Elles peuvent se présenter sous la forme d’un communiqué informant le public des motifs et du dispositif de ces mesures ou bien intégrer un message de sensibilisation sur les pratiques relevées. Elles peuvent également être transcrites sur de nombreux supports comme la presse, Internet, les réseaux sociaux ou même l'affichage directement en magasin.

Il est en outre à noter que ces dépenses liées aux frais de publication sont entièrement à la charge du professionnel qui fait l’objet de l’injonction.

Enfin, dans le cas de ses pouvoirs de « réquisition numérique », la DGCCRF peut ordonner désormais le renvoi des sites frauduleux bloqués vers une page informant les consommateurs du motif du blocage.

 

Les agents immobiliers, dans le collimateur de la DGCCRF depuis 2008

L'objectif de ce décret, élaboré pour certains selon une politique de «name and shame», traduisons "nommer et humilier", consiste à pointer du doigt publiquement des entreprises très sensibles à leur image, et se pensant souvent à l'abri de toute sanction.

Les agents immobiliers sont indirectement sensibilisés et visés par les enjeux de ce décret. En effet, dans le collimateur de la DGCCRF depuis 2008, les irrégularités des professionnels de l'immobilier sont souvent évoquées, ce qui leur confère inévitablement une mauvaise presse. Depuis 2008 la DGCCRF ne cesse de surveiller de près cette profession. Après la mise en place de la carte professionnelle, l'exigence d'une garantie professionnelle pour pouvoir exercer, ou encore la tenue d'un registre des mandats, ce décret va renforcer ces mesures de surveillance en leur donnant une toute autre dimension. En effet la nomination publique de certaines enseignes peut avoir un impact considérable sur leur notoriété et leur renommée. La vigilance et la transparence sont ainsi de rigueur.

 

D'après les statistiques du ministère de la Transition, le nombre de permis de construire délivrés durant ces 3 derniers mois a connu une diminution allant jusqu'à 34,9 %. Contrairement aux années précédentes, le secteur du logement neuf a enregistré une hausse de la demande de permis de construire de 5,6 %. Ces chiffres démontrent un certain recul et une véritable chute du nombre de permis de construire délivrés à la fin de l'année 2022.

 

Une baisse étonnante du nombre de permis de construire en seulement 3 mois

Si la demande de permis de construire a connu une vraie hausse l'année précédente à la même période, le pourcentage a diminué pour les trois derniers mois de l'année 2022.

Cette estimation et ce pourcentage ont été vérifiés par le ministère de la Transition écologique. Mais d'où provient cette importante baisse du nombre de permis de construire ?

Selon les analyses menées par le ministère, le nombre de demandes de permis de construire a été exceptionnel en décembre 2021, notamment avant la mise en vigueur de la RE2020. En effet, cette norme environnementale a modifié la manière de percevoir le monde de l'immobilier pour les grands constructeurs. Pour rappel, la RE2020 a été mise en vigueur par les autorités pour limiter les émissions de gaz à effet de serre des constructions neuves. Cette norme environnementale oblige les constructeurs à utiliser des matériaux biosourcés. Parmi ces matériaux, nous pouvons citer le bois, l'acier et le béton. La fabrication de ces matériaux ne provoque aucune pollution pour l'environnement tout en offrant une parfaite isolation aux nouveaux logements.

L'imposition des constructeurs au respect de la RE2020 représente aussi un frein pour la demande de permis de construire ces trois derniers mois. C'est aussi à partir du mois d'août 2022 que l'engouement des Français vers la construction neuve a été réduit.

Il faut préciser que le mois d'août 2022 marque la date limite à laquelle l'État a proposé une aide de relance pour la construction durable.

 

Une augmentation de la construction de logement autorisé pour ces 12 derniers mois

Sur 12 mois, les logements autorisés à la construction sont de 491 200, soit un pourcentage de plus de 16,6 %. Le ministère a tenu à préciser que plusieurs logements ont été autorisés à la construction durant ces 12 mois, même avec la mise en vigueur de la RE2020. Les constructeurs de logements en résidence sont les premiers à demander des autorisations. En revanche, cela n'empêche pas les constructeurs d'autres catégories de logements de déposer une demande d'autorisation. L'association entre les logements en résidence et les autres catégories forme l'augmentation de 16,6 %.

Malgré la suppression des aides offertes par l'État, les logements collectifs ont pu enregistrer une forte hausse de 13,6 % et 11,9 % pour les logements individuels.

Le ministère a décrété que les logements individuels purs sont ceux qui ont connu une diminution du pourcentage de demande de permis de construire et cette tendance n'est pas prête à changer.

Si la baisse était connue en novembre 2021, elle continue jusqu'en octobre 2022 pour atteindre un pourcentage de moins de 10,4 %.

On connait tous Stéphane Plaza, à la fois animateur de télévision et agent immobilier sans langue de bois ayant résolument démocratisé la profession immobilière.. Sa carrière a inspiré bon nombre de professionnels de l’immobilier et beaucoup le considère comme le roi de la prospection immobilière en France. 

Stéphane Plaza a certainement toujours réussi à rentrer des mandats et à proposer des biens à des acheteurs potentiels mais savez-vous réellement pourquoi ? Est-ce en raison de son coté bon copain ou sa personnalité charismatique ? 

Certainement. Mais une chose est sûre, la figure emblématique du secteur est avant tout un travailleur acharné qui n’a jamais hésité à prospecter ! 

Si vous souhaitez connaître le succès comme Stéphane Plaza il vous faudra suivre ces étapes clés : 

 

Se tenir informé de l’évolution du marché 

Pour réussir en tant qu’agent immobilier vous devez impérativement vous tenir informé de l’évolution du marché et des réglementations en vigueur.

Vous devez savoir qu’il n’y aura pas plus efficace qu’un bon logiciel de pige pour connaître les tendances du marché et l’évolution des prix ! 

Avec le n°1 de la pige à 29€ par mois vous accédez pour chaque annonce à l’historique du bien et ses évolutions de prix. En 1 clic vous pouvez visualiser les baisses de prix sur votre secteur. Si vous ne connaissez pas ce logiciel innovant, découvrez-le en démo ?

 

Développer vos compétences en matière de communication et de négociation 

Étendre vos compétences en communication et en négociation vous permettra de rentrer plus de mandats. Voici quelques pistes : 

Suivre une formation professionnelle pour acquérir de nouvelles compétences et améliorer vos techniques de ventes. De nombreuses écoles, université et coach spécialisés dans le domaine en propose ! Trouver un mentor expérimenté dans le domaine de l'immobilier peut être une excellente manière de développer vos compétences

Participer à des séminaires et des conférences pour développer vos compétences

Lire des livres et des revues professionnelles : il existe de nombreux ouvrages et revues professionnelles qui traitent de la communication et de la négociation en immobilier. Ces publications peuvent vous aider à acquérir de nouvelles connaissances et à améliorer vos compétences.

 

Être organisé et méthodique dans vos recherches et vos rendez-vous

Vous ne pouvez pas rentrer des mandats en nombre sans être organisé et méthodique dans votre prospection. Pour vous faciliter la tâche, le logiciel de pige est evidemment un outil à ne pas négliger ! 

Le logiciel Pige Online permet ainsi de noter les remarques que vous auriez pu rencontrer face à un prospect, les rendez fixés et même les rappels que vous souhaiteriez programmer ! 

 

Être persévérant 

On ne peut pas rentrer des mandats sans être persévérant dans sa prospection. N’oubliez jamais que la persévérance sera votre allié sur le chemin du succès. Pour progresser n’hésitez pas à consulter le rapport statistique de votre logiciel de pige. Vous connaitrez ainsi le nombre de rendez-vous pris sur les 30 derniers jours, le nombre d’appels passés par semaine ou le nombre d’appels passés pour obtenir un rendez-vous. 

En appliquant ces quelques conseils, vous pourriez bien devenir le prochain Stéphane Plaza de la profession immobilière ! 

Le bon de visite n’a rien d’obligatoire mais il est fortement recommandé ! Depuis de nombreuses années, ce document fait débat dans le secteur immobilier, nous avons donc décidé d’y consacrer un article. Le bon de visite à signer avant une visite a t-il une réelle utilité juridique ? Quel est son rôle ? L’application juridique Sinimo répond à toutes vos questions. 

Pour un professionnel de l'immobilier, il est essentiel de rédiger des annonces immobilières qui attirent l'attention des acquéreurs et suscitent leur intérêt. En effet, une annonce bien conçue peut être déterminante dans la décision d'un particulier d'acheter ou de louer un bien. Voici quelques conseils pour concevoir des annonces plus attrayantes grâce à Monbien.fr, le portail d'annonces immobilière gratuit pour les professionnels de l'immobilier :

1. Mettez en avant les atouts du bien

Pour susciter l'intérêt des acquéreurs, il est important de mettre en avant les atouts du bien que vous proposez. Par exemple, si le bien est bien situé, précisez-le dans l'annonce et mettez en avant les points forts de la localisation (proximité des commerces, des transports en commun, etc.). Si le bien est bien entretenu, précisez-le également et mettez en avant ses équipements et ses éléments de confort.

 

2. Utilisez des photos de qualité :

Les photos sont un élément essentiel d'une annonce immobilière, car elles permettent aux acquéreurs de se faire une première idée du bien. Il est donc important d'utiliser des photos de qualité, qui mettent en valeur les différentes pièces du bien. N'hésitez pas à faire appel à un photographe professionnel pour obtenir des photos de qualité.

Sur Monbien.fr vous pouvez diffuser jusqu'à 10 photos par annonce !

 

3. Rédigez une annonce complète

Pour que les acquéreurs aient une idée précise du bien que vous proposez, il est important de rédiger une annonce complète qui détaille les caractéristiques du bien (superficie, nombre de pièces, étage, etc.). N'oubliez pas de préciser également les équipements et les éléments de confort qui sont inclus dans le bien (chauffage, climatisation, etc.).

 

4. Faites preuve de créativité

Pour sortir du lot et attirer l'attention des acquéreurs, il peut être intéressant de sortir des sentiers battus et de faire preuve de créativité dans la rédaction de votre annonce. Par exemple, vous pouvez utiliser des tournures de phrases originales ou mettre en avant des éléments atypiques du bien (une cheminée, une terrasse, etc.).

 

5. N'oubliez pas de soigner la forme

Enfin, il est important de soigner la forme de votre annonce. Utilisez une police de caractère lisible et aérez votre texte pour que votre annonce soit agréable à lire. N'hésitez pas à utiliser des titres et des sous-titres pour structurer votre annonce et mettre en avant les points forts du bien.

 

Monbien.fr booste le référencement naturel de votre site internet

Rédiger des annonces immobilières attractives c'est très important mais ce qui compte également c'est le référencement naturel de votre site internet.

Le portail immobilier www.monbien.fr a été développé de telles sortes à ce que les agents immobiliers puissent développer leur notoriété sur le secteur, grâce au référencement naturel. Vous bénéficiez entre autres : d’une page vitrine gratuite dédiée, de liens vers votre site web et réseaux sociaux, de la diffusion gratuite illimitée de vos annonces et de nombreuses fonctionnalités qui vous permettront de générer un trafic qualifié d’internautes en recherche immobilière active !

 

 


Cliquez ici pour créer votre compte et diffuser vos annonces gratuitement. 
 
 

Avant chaque nouveau trimestre, la Banque de France réajuste le taux d'usure des différentes catégories de prêts immobiliers. Celui en vigueur depuis le 1er janvier 2023 a paru dans le journal officiel du 28 décembre 2022. Le nouveau taux enregistre une légère augmentation par rapport à celui du trimestre précédent. Les professionnels de l'immobilier se sont attendus à cette hausse. En effet, les taux immobiliers n'ont cessé de croître durant toute l'année 2022. Néanmoins, les professionnels de l'immobilier estiment que cette évolution est insuffisante face aux problématiques du secteur. Le nouveau taux d'usure favoriserait un dynamisme du marché pendant seulement quelques semaines. Il se bloquerait à nouveau jusqu'à la fin du premier trimestre 2022.

Nouveau taux d'usure en vigueur

La Banque de France définit à chaque fin de trimestre le nouveau taux d'usure applicable pendant les trois prochains mois. Elle effectue un calcul simple à partir des informations fournies par les différents organismes de crédits. Il s'agit des taux de crédit qu'ils ont appliqués durant une période donnée. La Banque de France calcule la moyenne et ajoute un tiers du résultat obtenu. Cette démarche détermine le nouveau taux d'usure en vigueur. Il est utilisé pour définir le taux annuel effectif global ou TAEG maximal. Ce renseignement est indispensable pour les professionnels de l'immobilier. Ils sont ainsi en mesure de comparer les différentes offres existantes. De cette manière, il leur est plus facile de recommander le prêt le plus adapté à leur projet. Les agents immobiliers connaissent très bien les démarches à suivre pour obtenir un prêt. Ils peuvent les aider à déterminer si leurs dossiers seront acceptés ou refusés par les établissements de crédit.

Impact du nouveau taux sur les crédits immobiliers

Le taux d'usure a pour but de protéger les consommateurs contre le surendettement. Les établissements de crédit n'ont pas le droit de proposer un taux supérieur au seuil maximal défini par la Banque de France. De manière générale, la hausse équivaut à un demi-point sur l'ensemble des différents types de crédits immobiliers. Les professionnels de l'immobilier espéraient au moins une croissance de 0,60 point. Pour les prêts remboursés en moins de 10 ans, le taux passe de 2,56 % à 3,41 %. Il monte de 3,03 % à 3,53 % pour les prêts remboursés entre 10 et 20 ans. Quant aux crédits de plus de 20 ans, le taux d'usure grimpe de 3,05 % à 3,57 %. La Banque de France a également défini un taux pour les prêts à taux variables et les prêts relais. Il passe de 2,51 % à 3,35 % pour les premiers et de 2,82 % à 3,76 % pour les seconds. Dans tous les cas, l'écart reste faible entre le taux d'usure et le taux de crédit. Le déblocage tant attendu par les professionnels de l'immobilier se fera uniquement pendant quelques semaines.

Taux insuffisant pour dynamiser le marché immobilier

Le marché immobilier est relativement statique depuis la fin de la pandémie. Les professionnels de ce secteur ont compté sur les nouveaux taux d'usure pour créer une nouvelle dynamique. En effet, la plupart des banques ont anticipé l'augmentation du taux d'usure. Beaucoup d'entre elles pratiquent déjà un taux de crédit de plus de 3 %. La marge reste donc faible pour les futurs acquéreurs immobiliers. Leur capacité d'emprunt s'en trouve, par ailleurs, réduit. Avec un taux d'usure de 1 %, un couple touchant 4 000 euros par mois se verrait accorder 300 000 euros sur une durée de 20 ans. En revanche, le montant obtenu est inférieur à 250 000 euros avec ce taux d'usure. Par conséquent, le budget maximal des acheteurs s'en trouve limité. Avec le nouveau taux d'usure, le nombre de refus des dossiers de demande de prêt risque également d'augmenter. Les établissements de crédit sont très pointilleux sur la solvabilité des clients, notamment leur capacité à rembourser à temps.

Partagez cet article

Close

Faites découvrir cet article à toute votre communauté et vos amis